Photo aimablement fournie par Mme Monique Desforges-Thierry

HUBERT THIERRY

(1925-2017)

 

Le professeur Hubert Thierry qui a été président de la SFDI, de 1993 à 1999, a marqué toux ceux qui l’ont rencontré par sa bienveillance et sa générosité naturelle, son immense culture et son ouverture intellectuelle.

Une double carrière

Fils de diplomate, il avait passé son baccalauréat à Aix-les-Bains où sa famille s’était réfugiée, avant de s’engager à 19 ans dans la 2ème DB et de faire la campagne d’Allemagne comme camionneur. Ses études juridiques lui avaient permis de prendre dès le départ une double orientation. Avocat à la Cour, de 1949 à 1953, il avait été premier secrétaire de la Conférence de Stage des Avocats aux Conseils en 1952.  Parallèlement, après une thèse sur Le statut international et constitutionnel de la Birmanie soutenue à la faculté de droit de Paris en 1951, il avait été reçu à l’agrégation de droit public en 1954. Sa carrière universitaire entamée à Grenoble (1954-1958), et poursuivie à Caen (1961-1969) puis à Nanterre (1969-1990), sera elle-même faite d’alternances avec la pratique diplomatique, notamment comme conseiller juridique de l’ambassade de France à Tunis (1959-1961) à la veille de la crise de Bizerte, puis comme directeur adjoint de l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR), à Genève (1981-1986).  La retraite venue, après avoir été juge ad hoc à la CIJ au titre de la Guinée-Bissau dans l’affaire de la sentence arbitrale du 31 juillet 1989 (Sénégal c. Guinée-Bissau), il sera nommé en 1991 membre du Tribunal administratif des Nations Unies, qu’il présidera de 1996 à 2001. Il y fera montre de toutes ses qualités humaines, avec un sens scrupuleux de l’indépendance, de l’équité et de la justice

Un engagement dans la vie publique

Cette double carrière allait également de pair avec un engagement personnel dans la vie publique, comme le montre le rôle décisif joué au sein de l’Université de Nanterre, où il assumera avec courage, au plus fort de la « crise universitaire », les fonctions de vice-président (1972-1976) auprès de René Rémond.  Proche de François Mitterrand dans les années soixante, il sera chargé de mission au cabinet d’Edgar Faure, à la présidence de l’Assemblée nationale (1973-1978). Il sera également, à la même période, le premier président de la section française d’Amnesty international de 1971 à 1976, tout en étant impliqué par ailleurs dans les activités de l’Institut international des droits de l’homme fondé par René Cassin, dont il sera le trésorier de 1976 à 1985.

La diffusion du droit international moderne

Son œuvre d’internationaliste reflète les mêmes orientations, marquées par des polycopiés sur Le droit et les conflits internationaux en 1972-1973 et des cours enseignés à Sciences Po sur Le Tiers monde et les relations internationales, en 1976-1977 et 1978-1979, qui forment les soubassements d’une approche contemporaine du droit international public confronté aux enjeux de la décolonisation et du développement, du désarment et de la sécurité collective, en donnant une place cardinale aux droits des peuples et aux droits de l’homme. Le Précis Domat de Droit international public publié chez Montchrestien, en 1975 – avec trois jeunes collègues particulièrement prometteurs – marque ainsi une étape dans la diffusion d’un droit international moderne, comme l’atteste son succès au fil des années, jusqu’à la 5édition parue en 1986. Il en va de même du recueil de documents paru chez le même éditeur en 1984 sous le titre de Droit et relations internationales. L’œuvre d’Hubert Thierry se poursuit avec des cours à l’étranger, notamment à Genève, à l’IHEI avec L’emploi de la force dans les relations internationales, en 1985 et 1986, et surtout à La Haye, avec un premier cours sur « Les résolutions des organes internationaux dans la jurisprudence de la CIJ », professé en 1980 et le cours général sur « L’évolution du droit international », présenté en 1990. C’est sous le même intitulé que des Mélanges offerts à Hubert Thierry seront publiés en 1998.

Président de la SFDI

Son élection à la présidence de la SFDI, à la suite de René-Jean Dupuy, marque la convergence de tous ces engagements, avec une grande ouverture internationale de la Société, sa participation personnelle aux réunions de l’ASIL, le lancement des journées d’études franco-allemandes, l’élection de membres francophones au Conseil de la Société, sans parler de la mise en place effective de nos deux prix, le prix Suzanne-Bastid et le prix des droits de l’homme, généreusement doté par Jacques Mourgeon. Un état des lieux de L’enseignement du droit international, la pratique et la recherche, fait à l’UNESCO en 1997lance les journées d’études thématiques, dont les premiers sujets sur Le contentieux de la fonction publique internationale ou Le droit international des armes nucléaires reflètent ses propres centres d’intérêts.  En élaborant son cours général, Hubert Thierry était trop lucide pour parler de « progrès du droit international », préférant le terme plus neutre d’évolution, mais c’est bien l’espoir chevillé d’un progrès qui l’animait lui qui était passionné par les sciences et les arts, en quête d’harmonie, d’intelligence et de concorde. Mais son apparente nonchalance cachait aussi beaucoup d’inquiétudes sur le devenir de l’humanité, tant « rien de ce qui est humain ne lui était étranger ».

 

Emmanuel DECAUX
 
Professeur émérite de l’Université Panthéon-Assas Paris 2

 

 

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

Une bibliographie plus complète figure dans les Mélanges offerts à Hubert Thierry (voir infra)

 

Ouvrages

Le statut international et constitutionnel de la Birmanie, thèse dact., 1951

La loi du 28 septembre 1951 et la Laïcité de l‘Etat, LGDJ, 1951

Les armes atomiques et la politique internationale, Bordas, 1970

Droit international (en collaboration avec Jean Combacau, Serge Sur et Charles Vallée), Précis Domat, Montchrestien, 1èreédition, 1975 ; 5èmeédition, 1986

Droit et relations internationales, traités résolutions, jurisprudence, recueil de textes, Montchrestien, 1984

Droit international et droits de l’homme : la pratique juridique française dans le domaine de la protection internationale des droits de l’homme (dir. avec Emmanuel Decaux), Cahiers du CEDIN, n°5, Montchrestien, 1990

 

Cours

Le Tiers monde dans les relations internationales, cours polycopié de l’IEP de Paris, 1979, 1980, 1981, 1982

« Les résolutions des organes internationaux dans la jurisprudence de la Cour internationale de justice », RCADI, t. 167, 1980-II, pp. 325-450

« L’évolution du droit international. Cours général de droit international public », RCADI, t. 220, 1990-III, pp. 9- 185

« Le Tribunal administratif des Nations Unies », cours à l’Institut de droit et de relations internationales de Thessalonique, Thesaurus Acroasium, vol.XXVI, Sakkoulas, 1997

 

Articles, études et rapports 

« La condition juridique du Nord Vietnam », AFDI, 1955, pp. 169-174

« Les Etats privés de littoral maritime », RGDIP, 1958, pp. 610-617

« L’avis consultatif de la CIJ du 20 juillet 1962 sur certaines dépenses des Nations Unies », AFDI, 1962, pp. 247-276

« La cession à la Tunisie des terres des agriculteurs français », AFDI, 1963, pp. 933-952

« L’affaire du Cameroun septentrional devant la CIJ, Exceptions préliminaires », AFDI, 1964, pp. 315-327

« Les arrêts du 20 décembre 1974 et les relations de la France avec la CIJ », AFDI, 1974, pp. 286-298

« L’accord israélo-égyptien du 4 septembre 1975 et les nouvelles responsabilités des Etats-Unis et des Nations Unies au Moyen-Orient », AFDI, 1975, pp. 45-64

« La nouvelle politique française du désarmement », AFDI, 1978, pp. 512-519

« L’homme sujet de droit » in Réalités du droit international contemporain, Actes de la 5èmerencontre de Reims, CERI, 1981, pp. 106-110

« Esquisse d’une classification fonctionnelle des normes du droit international », Service public et libertés : mélanges offerts au professeur Robert-Édouard Charlier, Éd. de l’Université et de l’enseignement moderne,1981, pp. 297-308

« Conclusions générales » in SFDI, Le droit international et les armes, Colloque de Montpellier, Pedone, 1983

« Les aspects juridiques de la course aux armements dans l’espace »,  AFDI, 1985, pp. 7-21

« Internationalisme et normativisme », in Guy de Lacharrière et la politique juridique de la France, Masson, 1989

« The Thought of Georges Scelle », EJIL, vol.1 n°1/2, 1990

« De la clôture à l’ouverture, réflexions sur la pensée de René-Jean Dupuy », in Mélanges René-Jean Dupuy. Humanité et droit international, Pedone, 1991

« L’avenir du droit international » (avec M. Bedjaoui), in M. Bedjaoui (dir.), Droit international : Bilan et perspectives, UNESCO/Pedone, 1991

« L’Etat et l’organisation de la société internationale », in SFDI, L’Etat souverain à l’aube du XXIsiècle, colloque de Nancy, Pedone, 1994

« Note sur l’abrogation de l’article 11 du Statut du TANU », AFDI, 1995, pp. 442-446

« Les voies de recours contre les jugements du TANU et du TAOIT », in SFDI, Le contentieux de la fonction publique internationale, Actes des journées d’études des 9-10 décembre 1994, Pedone, 1996

« Aspects de la justice administrative internationale », in Le droit des organisations internationales : recueil d’études à la mémoire de Jacques Schwob, Bruylant, 1997

« Conclusions » in SFDI, Le droit international des armes nucléaires : évolution récente, Actes de la journée d’étude du 25 janvier 1997, Pedone, 1998

« Au sujet du juge ad hoc », Liber Amicorum in Memoriam of Judge José Maria Ruda, Kluwer, 2000

« Réflexions sur le droit d’ingérence humanitaire », in The International Legal System in Quest of Equity and Universality – L’ordre juridique international, un système en quête d’équité et d’universalité : Liber Amicorum Georges Abi-Saab, Nijhoff, 2001

« Le droit d’ingérence n’existe pas », in La France, l’Europe et le Monde – Mélanges en l’honneur du professeur Jean Charpentier, Pedone, 2008

 

Opinion

Opinion dissidente dans l’affaire de la sentence arbitrale du 31 juillet 1989 (Guinée-Bissau c. Sénégal)

 

Hommage 

Mélanges offerts à Hubert Thierry, L’évolution du droit international, Pedone, 1998